AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dracaena Veniality Aproxis [Vampire en Construction]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dracaena V. Aproxis

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 25/09/2008

MessageSujet: Dracaena Veniality Aproxis [Vampire en Construction]   Jeu 25 Sep - 21:47

« -Le premier pas vers la vie éternelle, c'est que tu dois mourir.

En fait, nous ne mourons pas vraiment.

Ce n'est pas vraiment ça la mort. Nous deviendrons légende. Nous ne vieillirons jamais.

-C’est aux vampires que tu penses ! »


    Enterlude ~

    Nom & Prénom : Dracaena Veniality Aproxis.
    Surnom : Draca, Dracae, Aena, Veniality, Veny…
    Age :
    1833, Londres, Naissance de Adelaïde Hollis
    1871, Adelaïde a 38 ans, et son âge se fige à jamais.
    2008, Dracaena Veniality a toujours une apparence de femme de 38 ans, est vampire depuis 137 ans, et a donc vu le jour il y a 175 années de ça.
    Lieu de Naissance : Londres, Durant l’époque Victorienne.
    Nationalité : Britannique, bien qu’elle vive aux Etats-Unis depuis pas mal de temps maintenant… un petit siècle, probablement.
    Sexualité : Oh, elle n’est pas bien compliquée, elle apprécie tout le monde. Libertine sur les bords, si vous voulez tout savoir.
    Travail : Elle ne travaille pas, et puis quoi encore. Pourtant, fut un temps où elle était vendeuse et conseillère, dans la boutique familiale de chapeaux, rubans, foulards et gants de luxe.
    Groupe : Vampires.


    This is the Ghost of You ~


    What is your soul ? Caractère.

    Psychologie & Autres.
    Habitudes & Préférences particulières : Des choses simples comme ce qu’il fait le matin en se levant, ou encore sa saison préférée…
    Style Vestimentaire : Est-il un vrai fleuron de la mode ? Ou encore, il s’habille aux puces ? Ses habits les plus courants sont aussi à préciser. [/ i]
    Son côté dans la guerre : [i]La mal ? Le bien ? Entre les deux ? Il est à bien détailler sa préférence dans la bataille, pourquoi et comment, afin de prévoir ses réactions.



    To Know.
    Signes particuliers :
    Manies & Phobies :
    Musique : En vieille immortelle qu’elle est, elle a gardé ses manies anciennes, et écoute donc de l’instrumental. Du violon, du piano, des orchestres… Elle a eut, comme tous les humains –bien qu’elle ne le soit pas-, sa période Beatles, mais elle a dépassé le stade « Peace & Love » depuis pas mal de décennies. Les seules musiques « modernes » qu’elle écoute sont à tendance rock, ou bien du métal. Sa préférée est le métal symphonique, à la fois hard et surtout lyrique. Instrumental. Textes en latin, chanteuse digne des opéras dont elle raffolait étant jeune…
    Livres : La littérature moderne, très peu pour elle. Seul Chuck Palahniuk a réussi à entrer dans sa bibliothèque, avec ses livres sinistres, décalés et dérangeants. Son préféré est Monstres Invisibles. D’ailleurs, si elle l’avait lu plus tôt, peut-être s’appellerait-elle Brandy Alexander, la reine suprême, Princesse Princesse. Plus facile pour passer inaperçue que Dracaena Veniality Aproxis...
    Couleurs : Quelle question. Premièrement, le noir. La couleur du monde, la couleur de sa vie, la couleur de son âme, si toutefois elle en a une. Deuxièmement, le rouge. Couleur de sa nourriture, couleur du sang, couleur du meurtre et de la passion. Dernièrement, le gris. Couleur du ciel qu’elle préfère, couleur des cendres et des pigeons.
    Film(s)& série(s) : Son film favoris est, évidemment, Entretien avec un Vampire. En bonne fan de Chuck qu’elle est, elle raffole du film Fight Club, et préconiserait volontiers l’autodestruction au peuple.
    Le contenu de la poche ou du sac : Draca n’a pas de poche, pas même de sac. Pourquoi s’encombrer et jouer à la poupée, avec accessoires au bras ? Si elle a quelque chose à prendre, et si cette chose est petite, elle la fourre dans son décolleté. Si, pour une occasion particulière, elle doit porter quelque chose, elle sort une pochette noire et la garde entre ses mains pales.


    Famous Last Words ~


    - SURNOM : FoX sur le net, ou bien Za en vrai.
    - GIRL OR BOY : Girl
    - OU AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Par partenariat, mais je ne saurais dire où. Je faisais de forum en forum et le mot Across a tapé mon esprit.
    - VOTRE NIVEAU RP : On dit qu’il est bon. Disons que je ne crains pas les 20 lignes minimum, étant donné que je peux monter jusqu’à 100, 120, 130… Je pense être assez bonne en français donc de ce coté là, ça va. Généralement, les gens aiment RP avec moi et me complimentent là-dessus…
    - PRESENCE SUR LE FORUM SUR 7 : Alors ça, je ne peux pas dire. Ça peut trop varier. Je peux normalement me connecter chaque jour, mais risque de ne m’investir (gros Rp par exemple) que les jeudi, vendredi, samedi et dimanche.
    - QUALITE DU DESIGN : Je trouve votre design magnifique, c’est pourça que j’ai lu le contexte et tout ce qui allait avec. Le logo est magniiifique.
    - LE CONTEXTE EST-IL FACILE A COMPRENDRE ? Oui et non. La première partie oui, la seconde j’ai eu un peu plus de mal à suivre –perte de concentration probable-. Les messages qui expliquent les différentes créatures sont par contre très bien expliqués, j’ai tout lu et relu…
    - VOTRE AVATAR : Helena Bonham Carter (je précise que j’ai mis beaucoup de temps à choisir, tous mes chéris étaient pris [C’est tellement rare de voir Jamie Bell de pris ! Gros choc.]
    - AVEZ-VOUS CONSCIENCE QUE SI VOUS VOUS INSCRIIVEZ, CE N’EST PAS POUR L’ABANDONNER QUELQUES JOURS APRES ? : Oui, j’en ai conscience Razz
    - QUELQUE CHOSE A AJOUTER ? :
    Je suis vraiment ravie de voir d’autres fans de Across the Universe sur terre. C’est mon film préféré, quelle fut donc ma surprise en voyant déjà des icônes de Evan et Jim pris de Across, mais surtout des scènes dans la vidéo ! ça fait trèèès plaisir. (Et je suis aussi fan de Thirty, le forum est donc fait pour moi on dirait.)
    - CODE : Life in Technicolor.




    Romance ~[/center]

  • Genèse ; the story of your life.
    Dracaena Veniality Aproxis, cela, ce n’est pas son vrai nom. Lorsqu’elle était humaine, elle s’appelait Adelaïde Hollis, et elle était végétarienne. Elle était pacifiste et mystérieuse. Discrète, voire effacée, on prévoyait qu’elle deviendrait une vieille fille, comme sa tante.
    Mais lorsqu’elle se réveilla dans la peau d’une autre, elle ne se souvenait de rien. Elle dut donc s’inventer un nom, et mis des mois à le faire. Pendant des mois, on n’eut pas à l’appeler, cette absence ne lui manqua donc pas.
    Avant de se trouver une nouvelle identité, il lui fallait trouver sa personnalité. Une fois celle-ci acquise, elle devint Dracaena Veniality Aproxis. Elle devint une Dragonne Vengeresse qui, avec son regard ambré, pouvait incendier les plantes. Métaphore, évidemment. Elle n’a pas d’écailles, ne sait pas de qui se venger, et n’enflamme rien au sens figuré. Ce n’est qu’une impression, due à son regard flamboyant, puissant, brulant et glacé à la fois. Voilà celle qu’elle est devenue. Voilà la créature que vous pourrez croiser.


Dernière édition par Dracaena V. Aproxis le Ven 26 Sep - 20:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dracaena V. Aproxis

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 25/09/2008

MessageSujet: Re: Dracaena Veniality Aproxis [Vampire en Construction]   Jeu 25 Sep - 21:49

    "Fleurs écloses meurent
    Vent souffle neige et phalènes
    Pierre ne voit rien."



    Adélaïde était réputée pour avoir la force de caractère qu’il manquait à toutes les autres. Jamais elle ne cédait au premier, ni au deuxième, ni même au troisième rendez-vous. Les hommes avaient beau lui promettre monts et merveilles, rien n’y faisait. Le lit d’Adelaïde restait vide et froid, n’accueillant chaque soir que sa propre personne.
    Le seul à qui elle aurait consenti à offrir sa vertu avait périt une dizaine d’années plus tôt. Epidémie. Bien que son chagrin fut estompé depuis une demie douzaine d’années, Mademoiselle Hollis attendait celui qui, probablement, lui apparaitrait comme un prince charmant.

    Ses parents étaient fiers, au début, que leur fille ne soit pas une dépravée comme toutes ces pauvres filles naïves qui avaient soulevé leurs jupons au premier beau parleur rencontré. Mais à 38 ans, on a envie de voir sa fille mariée ou, au pire, avec un amant.

    Ainsi, quand la jeune femme leur présenta Clint, ils furent aux anges. Il avait mieux que ceux qu’ils avaient espérés pour l’homme qui leur prendrait leur fille. Il était beau, séduisant, bien élevé, riche, élégant… Il faut dire que pour eux, les apparences comptaient. Londres, époque victorienne. Les Hollis avaient une jolie maison dans la mode de cette période, avec petites tourelles blanches et colonnes blanches devant le perron. Ils étaient les propriétaires d’une boutique d’accessoires de bonne qualité et au prix imposant, que seules les riches pouvaient s’offrir. Leur fille modèle travaillait à leur coté avec assiduité et tout sourire.

    Clint était aussi merveilleux aux yeux d’Adélaïde, voire même d’avantage. Elle voyait en lui bien plus qu’un prince charmant, elle voyait un roi, elle voyait un dieu. Une incarnation mystique. Sa peau pâle semblait emplir tout l’espace vide, elle ne voyait que lui. Avec ses yeux dorés, il la mangeait des yeux et, dès qu’il le faisait, son pauvre cœur d’humaine s’emballait. Il avait un sourire exquis, il avait des paroles dont on ne se lasse pas… et, aussi étrange que cela puisse paraître, c’était elle qui lui plaisait, et pas une autre. Ah, si elle avait su ! Si elle avait su que son dieu était un vampire, certes elle ne l’aurait pas cru mais, peut-être aussi, elle aurait mis les voiles. Si elle avait su que non, elle ne lui plaisait pas non, juste son cou sous sa bouche l’intéressait, elle aurait pris ses jambes à son cou, direction loin.


    "Un tigre sourit
    Un serpent dira qu'il t'aime
    Mens, deviens le mal."



    Clint était comme ça. Il prenait plusieurs vulgaires proies plus banales les unes que les autres, et se fixait un défi. Une mission, un but. Il choisissait une personne avec un intérêt plus particulier, et faisait tout son pouvoir pour l’avoir. Avoir son cœur, avoir son âme, avoir son corps… après seulement il leur prenait leur vie, leur sang. Ce fut au tour de Ady.
    Tandis qu’elle cédait, pour la première fois de sa vie, au désir, celui-ci happa sa gorge et ne la relâcha pas. Elle eut mal quand il s’exécuta, mais sans comprendre ce qu’il se passait. Etait-ce courant ? Non, probablement pas, mais elle était loin de s’imaginer qu’une créature diabolique aspirait sa vie.
    Il la laissa pour morte, dans la demeure qu’il disait être la sienne mais qui ne l’était pas, et s’en alla, pour ne jamais revenir. Mais morte, elle ne l’était pas. Elle vivait. A peine, certes, mais assez pour, trois jours plus tard, se réveiller différente et puissante.


    "Devant lune blanche
    Les étoiles sans colère
    Bla, bla, bla, la fin"



    Histoire des Parents : Les mariages arrangés étaient courants à cette époque, et surtout dans ce milieu. Une fille de bonne famille épousait un homme de bonne famille, choisit par les parents. Les jeunes gens avaient rarement leur mot à dire, et se retrouvaient bien trop vite embrigadé dans les routines d'un mariage non désiré. Mais pour Monsieur et Madame Hollis, se fut différent. Lui était un jeune homme bien élevé, bien qu'un peu trop étrange et introverti pour plaire aux jeunes femmes de son entourage. Elle, elle n'était que la fille d'une couturière, qui bavait chaque jours devant les jolis chapeaux, les belles paires de gants, et les rubans de dentelle accrochés dans la vitrine de la boutique Hollis.
    Un jour qu'elle avait la bouche ouverte devant tant de belles oeuvres et tant de tissus somptueux, elle s'aperçut qu'on la regardait elle aussi, mais de l'intérieur de la vitrine. Surprise, elle recula d'un bond et manqua de se faire renverser par une diligence ! Le jeune homme qui l'avait épié vint se rassurer, voir si elle n'était pas blessée, et tous deux commencèrent à se fréquenter, amicalement au départ.
    Lorsque les parents du jeune homme eurent besoin d'une nouvelle couturière, il se débrouilla pour que Simone se fasse engager puis, plus tard, appréciée de ses parents. Bingo. Personne ne s'opposa à leurs fiançailles, et ils purent se marier en toute tranquillité.


    De la naissance à l'adulte : Trois ans plus tard naissait Adelaïde, unique fille de leur union. Ils l'élevèrent dans l'amour et la complicité. Elle ne manqua jamais de rien, sauf peut-être, plus tard, d'un amant... Mais, revenons-en à son jeune âge, là où le mot amant n'est même pas encore connu. Adelaïde fréquenta un des meilleur collège pour jeunes filles de Londres, et se faisait apprécier au sein de sa classe grace à ses jolies tenues et à sa coiffure chaque jour parsemée de rubans différents, plus beaux les uns que les autres. Jeune, elle aimait encore la couleur. Ses parents la gataient, pensez-le bien, elle était leur seul enfant. Mais il faut dire qu'elle le méritait, étant une enfant intelligente, polie et serviable. Ils n'eurent jamais aucun ennui avec leur fille, aucun. Sauf peut-être pour la marier...
    Lorsqu'elle devint adolescente, rien ne changea. Ses amies se marièrent, certaines enfantèrent, tandis qu'elle restait célibataire. Ce n'est qu'à 26 ans qu'elle rencontra l'homme de sa vie, comme elle le surnomma si bien. Paul, tel était son nom. Comme elle, il était en marge de la société. Il était assez incompris, très mystérieux. Il raffolait de litterature et l'invitait chaque vendredi soir au théatre ou à l'opéra. Ils étaient sur la même longueur d'onde, leur vie aurait été parfaite. Chaque soir, il serait venu la chercher devant la boutique familiale, lui apportant une petite viennoiserie achetée dans la boulangerie d'en face. Il l'aurait raccompagné chez elle, embrassé délicatement sur le pallier, après que tous deux aient parlé pendant tout le trajet du dernier livre qu'ils avaient lu. Tout cela aurait duré jusqu'au mariage, jusqu'au commencement d'un rêve éveillé...
    ... qui se transforma en cauchemar. Une épidémie toucha Londres, dans les années fin 1850, début 1860. De nombreux proches des Hollis ne s'en remirent jamais, Paul y compris. Adelaïde n'eut même pas le droit d'être auprès de lui dans ses derniers instants, les malades étant mis en quarantaine pour ne pas contaminer la population saine.

    Ce fut un choc immense pour Ady, à tel point qu'elle le pensa insurmontable. Ses parents pensèrent la perdre, tant elle se plongea dans la mélancolie. Elle mangeait à peine, n'ouvrait plus ses rideaux, avaient abandonnés ses rubans aux couleurs flamboyantes... Oui, c'est à cette époque là qu'elle adopta le noire, comme couleur favorite. L'absence de soleil sur sa peau lui fit perdre la légère couleur que pouvait avoir ses joues... Elle aurait très bien pu avoir déjà été transformé en vampire, que le résultat aurait été similaire, physiquement du moins.

    "Il n'existait aucun sens vrai à sa vie parce qu'elle n'avait rien avec quoi la mettre en contraste.

    Oh, mais maintenant elle avait agonie, mort, perte, chagrin, dueil. Des larmes et des frissons, de la terreur et du remord."


    Cet état dura, dura et perdura. La voilà agée de 38 ans, toujours célibataire, ne faisant même plus parlé d'elle tant elle était devenu invisible.

    La morsure & la transformation : Clint. Clint lui redonna envie de vivre, quelle ironie ! Clint était un beau soldat, soit-disant, et avait ce quelque chose en plus. Elle ne savait pas dire quoi, mais elle, comme tout le monde alentour, le ressentait. Clint dégageait une aura particulière, une fascination étrange...
    Il fit croire à la jeune femme qu'il avait choisit, Adelaïde, qu'il la désirait. Qu'il l'aimerait. Et même qu'il l'épouserait et la chérirait jusqu'à ce que la mort les sépare... Ah, ah, ah ! Si aujourd'hui elle se souvenait de ses paroles, elle en rirait, mais d'un rire jaune et machiavélique. A cette époque, elle le croyait. Ses beaux yeux lui renvoyait une image d'elle même qu'elle aimait, différente de celle qu'elle voyait dans son miroir. Finie la fille sinistre et solitaire, il lui donnait envie de sortir et de danser. Il lui donna même envie de pécher, et de commettre le péché de chair, avant le mariage... La pauvre, elle n'en profita même pas.

    Préparez-vous à évacuer l'âme dans dix, dans neuf, huit.

    Lorsque ce jour là arriva, le jour où elle décida de lui offrir sa vertu, par amour, rien ne se passa comme elle l'avait espéré. Allongée dans les draps blancs du jeune homme, la seule chose qu'elle ressentit fut une douleur désagréable dans le cou. Une douleur étrange, mais dont elle ne s'écarta pas. Il faut dire que le reste de son corps aspirait à un tel acte, fremissait de désir pour Clint. Cela lui parut sensuel un instant, jusqu'à ce que sa vue se trouble et que ses forces la quitte. Il la quitta lui aussi, sans un regard, et la laissa là, inerte, morte. Il avait réussi sa mission, il avait prit sa vie, son coeur, son âme, son sang, tout.

    La mort va commencer dans cinq.
    Cinq, quatre.
    Quatre.
    Autour d'elle, la vie parasitée lui peint le coeur comme à la bombe.
    Quatre, trois.
    Trois, deux.


    Mais elle vivait. Il ne le remarqua pas, même un médecin aurait eu du mal à remarquer la légère pression de son abdomen, sous la faible respiration dont elle était capable.

    Et la mort qui doit commencer dans trois, dans deux.
    Préparez-vous à votre dernier souffle, maintenant.


    Les heures passèrent, et ressemblèrent à des siècles. Son corps et son esprit étaient endormis, mais se réveillèrent bien trop tôt. Elle n'avait pas assez de force pour hurler sa douleur à vivre voix, mais elle était assez consciente pour en ressentir les moindres particules. Que lui arrivait-il ? Jamais, jamais elle n'avait ressenti une telle souffrance. C'était corporel, mais ça ne provenait pas de son cou blessé. Cela venait de partout, partout dans l'interrieur de son corps. Elle ne savait plus depuis bien longtemps si elle devait continuer de croire en Dieu ou non, pourtant, là, elle l'implora. Tuez-moi.

    Evacuez.
    Maintenant.
    Âme libérée du corps.
    Maintenant.
    La mort commence.
    Maintenant.



    Et aujourd'hui ? : Une jeune femme se réveilla dans un lit drappé de blanc, taché de sang. Elle y resta plusieurs heures, immobiles, pensives. Que c'était-il passé ? Qui était-elle ? Que faisait-elle là ? Ou pas forcement dans cet ordre... Des flashs lui traversaient l'esprit, certains anodins, d'autres poignants voire violents. Elle pensa devenir folle. Non, elle pensa être folle. Mais ça n'était pas de folie dont elle était victime ; non, elle était devenue vampire. Mais comment le deviner, si l'on est seul ?
    Comme tout nouveau-né, elle était puissante et égarée. Incontrolable. Insensible. Dès le premier soir, elle sortit, vétue d'une robe noire et grise froissée, ses cheveux bouclés indomptés sur sa tête, de gros cernes sous ses pupilles incandescentes. Elle avait faim. Non, elle avait soif... Elle n'en savait rien, cette sensation lui semblait nouvelle.
    Elle marcha sans but précis dans les quartiers infames de Londres. Elle croisa des vagabonds, elle croisa des hommes ivres qui la sollicitèrent avec vulgarité, elle croisa des rats... mais elle ne ralentissait pas.
    Au bout d'une autre ruelle, il y avait une femme. Une prostituée, c'était évident. Elle s'approcha d'elle, l'autre lui demanda de fouttre le camp, ici, c'était son coin, elle ne partageait pas. La vampire eut un sourire et, sans se retenir, sans comprendre d'où cette pulsion lui venait, bondit sur la misérable et la prit à la gorge.

    Jamais elle ne s'était sentie aussi bien. Elle se sentait pleine d'un pouvoir dont elle avait ignoré l'existence. Ce n'était pas le pouvoir de mort qui lui plaisait... pas la force... le tout, peut-être. L'être en lui même.


    Au bout de quelques mois à arpenter les rues nauséabondes de Londres et des environs, la femme comprit ce qu'elle était, sans pour autant avoir vu quiconque doté d'une telle capacité. Elle ne savait pas quel mot mettre sur cela, mais elle se doutait de ce qu'elle était, et de ce qu'elle pouvait et voulait faire. Tuer. Manger. Profiter de sa seconde vie. Là, elle se fit appeler Dracaena Veniality Aproxis, au premier qui lui demanda son nom.
    Une dizaine d'année après, elle embarqua à bord d'un paquebot et fila vers les Etats-Unis. Là bas, elle visita quasiment tous les états, s'arretant aussi au Canada pour admirer les chutes du Niagara. Elle vécut quelques années à Quebec avec un groupe de vampires plutôt sympathiques, puis mis les voiles pour la grosse pomme. New York.
    Oh, New York ! Sa vie de passionnée sulfureuse démarra. Nous étions dans les années 70, et elle rencontra une bande de vampires déjantés qui lui firent des tresses dans les cheveux. Le soir, elle allait écouter des défoncés jouer de la guitare autour d'un feu de camp, s'amuser comme une folle, et prenait un des gars à part pour s'abreuver de son sang si planant. Le rêve. Elle évolua au rythme des beatles et, finalement, eut une petite période végétarienne. Faites l'amour et pas la guerre.
    Cela ne dura pas. Quelques mois tout au plus, et elle craqua sur une adolescente blonde complètement ivre.

    Finalement, New York la lassa, et elle mit cap sur Los Angeles. Là bas, les choses étaient plus animées. Les anges et les démons s'affrontaient. Des vampires plus étranges les uns que les autres y étaient rassemblés, et des loups-garous surveillaient la lune. En quête d'action, elle s'y installa.
    Sachez que Dracaena V. ne ressemble en rien à Adelaïde Hollis. Tout les oppose. L'une était frigide, l'autre est libertine. L'une était sage, l'autre est provoquante. La vie de la vampire est faite de frivolité, de sexe, de sang, de tout ce qu'elle n'a pas su faire dans sa vie de mortelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sway L. Delanee
HUMAN ADMIN (( I can't shut my eyes to you. )
avatar

Féminin
Nombre de messages : 611
MUSiC : MY CHEMiCAL ROMANCE, 30 SECONDS TO MARS, LOSTPROPHETS, THE KiLLERS, PENCEY PREP, GOO GOO DOLLS [...]
Date d'inscription : 27/06/2008

Soul. ||
ORiGiNE: HUMAN
POWERS ?: I CAN SEE THE TRUE WORLD, i'M THE ONE.

MessageSujet: Re: Dracaena Veniality Aproxis [Vampire en Construction]   Dim 28 Sep - 11:39

Bienvenue !
Désolée du retard de ce simple mot.
Le forum ralentit un peu en ce moment, et mon temps est très limité.
Le recensement devrait se terminer bientôt, aussi j'espère que l'activité reviendra.
Préviens lorsque tu as terminé ta fiche.

_________________

    AND ALL I CAN TASTE IS THIS MOMENT
    AND ALL I CAN BREATHE IS YOUR LIFE
    CAUSE SOONER OR LATER IT'S OVER
    I JUST DON'T WANT TO MISS YOU TONIGHT. ( 8 )

    double compte : Heresy Cornell.
    avatar by me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hop-e.livejournal.com/
Dracaena V. Aproxis

avatar

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 25/09/2008

MessageSujet: Re: Dracaena Veniality Aproxis [Vampire en Construction]   Mer 1 Oct - 17:56

Mercii.

Je vais surement mettre un peu plus de la semaine réglementaire pour finir ma fiche, désolé.
Sachez que je ne délaisse pas déjà le forum -je me suis trop investie dans l'histoire pour m'y risquer, et il me plait beaucoup-, juste que mes deux demie-journées habituellement libres ne le sont pas cette semaine, ça me complique donc les choses.

Mais j'ai fais mon "style vestimentaire", sur le sujet de mon contrôle, une fois que je l'avais fini... donc, j'avance petit à petit Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dracaena Veniality Aproxis [Vampire en Construction]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dracaena Veniality Aproxis [Vampire en Construction]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel(s) métier(s) faire pour travailler dans la construction des attractions
» Vampire Kisses
» Amour, vampire et loup-garou
» Choix des fibres et de leur grammage pour la construction?
» Orc vs Hauts elfes et Comtes vampire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACR0SS.THE.MYTHS :: .To Be Between God and Demon. :: Be a Modern Myth. :: Over my Head.-
Sauter vers: