AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prince Charming [Tim]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jalanda Torres
Psycho Hunter| Touching YOU makes me DIE inside
avatar

Féminin
Nombre de messages : 487
Age : 28
MUSiC : Metallica, Black Sabbath, Motorhead, 30 seconds to mars, Deftones
Date d'inscription : 14/07/2008

Soul. ||
ORiGiNE: HUNTER
POWERS ?: Visions, contrôle des esprits,capable de voir la véritable nature des anges et des démons

MessageSujet: Prince Charming [Tim]   Jeu 21 Aoû - 23:34


Découvrez Metallica!



Des choses bizarres et flippantes à vous en faire dresser les cheveux sur la tête, elle en avait vu, les affrontant chaque fois avec courage et folie, loin d’être en proie à des milliers de questions existentielles sur le pourquoi du comment, elle chassait et tuait et ça s’arrêtait là. Mais dans cette cave minuscule qui refoulait sévère, il fallait bien le dire, elle avait bien cru qu’elle allait se pisser dessus. C’était la première fois qu’elle se sentait si désarmée devant le danger, parce qu’elle le connaissait et qu’elle voulait l’aider. Ca pouvait paraitre invraisemblable, même venant d’elle, mais elle ne se l’expliquait pas, uniquement consciente qu’il la désarmait totalement en posant son regard d’animal blessé sur elle alors quand il la supplia presque de le garder, la serrant dans ses bras jusqu’à presque l’étouffer, la jeune femme fut incapable de refuser, elle n’en avait, de toute façon, pas l’envie.

Cependant, lui faire une place dans sa vie n’avait rien eut d’aisé. Déjà, ça avait déclenché une sacrée dispute avec Cassie et elle eut le droit aux reproches habituels sur le fait qu’elle passait son temps à écarter les cuisses et que tôt ou tard elle en crèverait, qu’elle ne pensait qu’à elle et à son propre plaisir et que peut-être un jour, dans un élan de conscience, elle devrait se servir des deux neurones qui remplissait son pauvre crâne. Elle encaissa tout ça sans broncher, laissant son amie disparaitre, sachant pertinemment qu’elle avait raison et que toutes ces remarques étaient justifiées, Jal n’avait rien d’un enfant de chœur et les fois où elle avait dérapée était nombreuses, surtout au détriment de son amie et rien de ce qu’elle put faire ou dire ne semblait avoir réparé le préjudice. Mais au fil du temps, elle s’habitua à ses absences de plus en plus prolongée si bien qu’en ramenant Tim, elle n’avait pas pensé qu’elle aurait eut la bonne idée de revenir.

Mais le plus difficile fut sans doute de s’occuper de lui en permanence. Elle n’avait plus qu’elle à penser et le temps qu’elle ne passait pas à chasser, elle l’utilisait pour lui apprendre comment être maître de lui, comment se servir d’un flingue ou d’un couteau de chasse, où frapper pour faire mal et tuer. Fini le temps où elle écumait les bars et terminait dans la chambre d’un type rencontré le soir même, l’arrivée du lycan dans sa vie lui avait apporté une part d’équilibre et en sa compagnie, elle se sentait elle-même, comme si elle n’avait pas besoin de jouer le jeu de la fille forte et charismatique, elle pouvait être juste elle et il l’appréciait quand même. De son côté pourtant, elle devait bien admettre qu’elle s’attachait de plus en plus à cette boule de poils et de tendresse et ça l’effrayait, l’épisode Torben était bien trop frais dans sa mémoire pour qu’elle se laisse tenter par une autre relation de ce genre et puis bordel, c’était un gosse et profiter de son moment de faiblesse finirait par lui retomber dessus.

Elle se tenait donc autant que possible à distance, si on omettait pendant la nuit, en effet, ils avaient trouvés bien plus confortables et sûrs de dormir ensemble, surtout parce qu’il arrivait de plus en plus souvent à Jal de se réveiller en hurlant à cause d’une vision et les bras de son nouvel ami était d’un grand réconfort. Il y avait aussi ces fois où la bête reprenait le dessus, sa voix n’avait bientôt plus suffi à le ramener à la réalité et désormais, elle devait se coller à lui, l’enserrant si forts dans ses bras maigrelets qu’elle finissait par ne plus les sentir. Pour être tout à faire sincère, elle appréciait sincèrement ce qui les unissait, une amitié sans arrière pensée, elle ne le considérait pas comme un monstre et il ne la voyait pas comme une trainée et tous les deux, ils se sentaient à l’abri des autres.

Seulement, quand la mexicaine reçut un coup de fil de Toronto pour un exorcisme, elle se retrouva devant un véritable dilemme. Son devoir de protéger Tim impliquait qu’elle le laisse à LA le temps qu’elle règle cette histoire mais égoïstement, elle avait envie qu’il l’accompagne, même s’il n’était sûrement pas encore prêt à affronter ce genre de choses. Il eut juste à exprimer son envie de la suivre pour qu’elle accepte. Le trajet vers le Canada fut animé par leurs conversations stupides sur tout et n’importe quoi ou plutôt, comme à son habitude, Jal déblatérait tout un tas de trucs à la seconde auxquels il répondait quand il avait le temps. Le retour fut tout à fait différent.

Tous deux profondément chamboulés par ce qu’ils avaient vu, ils restaient silencieux, seul le vieux poste crachait « Die, die, die my darling » de Metallica.


« T’as jamais pensé à retourner à l’école, je veux dire la fac tout ça. »

Il se détourna de la fenêtre pour poser son regard indéchiffrable sur elle.

« Parce que tu es un garçon intelligent, ça te permettrait d’avoir un bon job après et ne pas galérer comme moi, c’est limite si je ne suis pas illettrée ! Pis si c’est qu’une question d’argent moi ça me gêne pas de t’aider, y’a toujours moyen. »

Elle aurait voulu pouvoir être comme tout le monde et faire des études mais ses séjours répétés en institut l’avaient contrainte à arrêter et tout ce qu’elle savait aujourd’hui, elle le tenait des milliers de livres qu’elle avait lu. Mais visiblement, lui, ne l’entendait pas de cette oreille puisqu’il poussa un grognement bourru qui fit soupirer la jeune femme. Qu’est-ce qu’il pouvait être têtu !

« Bon si tu ne veux pas en parler je vais te laisser tranquille, je trouverai bien une autre ânerie à sortir ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timothy Saracen
I'm falling apart, I'm barely breathing
avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 14/07/2008

Soul. ||
ORiGiNE: WEREWOLF
POWERS ?:

MessageSujet: Re: Prince Charming [Tim]   Mar 26 Aoû - 16:59

Les deux années de galére qu’il avait connu s’étaient envolées ces quelques derniers jours pour ne laisser au lycan que des souvenirs meilleurs de jours en jours. Il avait toujours cru que vivre à l’écart des autres serait la meilleure façon de régler son problème mais il s’était complètement trompé. Il n’avait jamais été plus maître de lui que depuis qu’il partageait la même chambre d’hôtel, et le même lit, que la chasseuse. Avec Jalanda il ne se sentait pas le besoin de mentir ni même de jouer un jeu puisqu’elle connaissait le pire de lui et qu’il savait grâce à ses nombreux récits qu’elle avait connu bien pire que lui. Niveau bizarrerie il était d’un niveau si faible qu’elle trouvait normal de le pouponner comme s’il était un gosse. Et il avait pris la mauvaise habitude de la laisser faire ce qui finalement ne l’arrangeait pas vraiment.

Plus que de l’amitié et de l’admiration il avait un petit – gros – coup de cœur pour la jeune femme et il ne savait pas trop lui faire comprendre. Malgré leur proximité et le temps qu’ils passaient ensemble il avait le sentiment que ce n’était jamais le bon moment pour lui avouer ou tout simplement qu’elle ne ressentait pas – encore – les mêmes choses que lui à son égard. Bien qu’il n’ai jamais été très porté sur « la chose » tout était différent avec Jalanda parce que c’était elle et qu’avec la jeune femme il avait l’impression que ça coulait de source et que c’était aussi naturel que de respirer ou aussi vital que manger. Il savait bien que c’était un peu stupide, qu’elle avait quelques années de plus et qu’il n’avait pas grand chose à donner mais il commençait à penser que tant qu’ils seraient tous les deux ils n’auraient finalement pas besoin de grand chose.

Alors évidemment il était totalement impensable pour lui de la laisser vagabonder va savoir où à la poursuite de bestioles bizarres qui rentraient dans le corps des gens et quand elle avait annoncé devoir partir pour une « mission » il avait tout de suite accepté pour l’accompagner. Jusqu’alors il n’avait encore jamais assisté à un exorcisme et pour être tout à fait franc il s’en serait bien passé. Il savait que la force de caractère de Jalanda était à l’épreuve d’un sacré paquet de choses mais il ne la savait pas taillée pour des trucs aussi énormes. N’eut été sa volonté de rester auprès d’elle et de la protéger en cas de pépin il se serait enfouit à toutes pattes dés le premier signe inquiétant. La violence qui émanait de ce qu’il avait vu n’avait pas de mots. Et le pire dans tout ça c’est que ça ne l’aidait pas vraiment à exécuté son petit « plan ».

Découragé il se frappa la tête contre la vitre de la portière et resta le front collé sur le verre froid tandis que le paysage défilait sous son regard ambré et que des images de la scène qu’il avait vu un peu plus tôt continuaient de défiler dans son esprit. Quand enfin Jalanda prit la parole il posa un regard un brin perdu sur elle avant de tout de suite se renfrogner quand il comprit où elle voulait en venir. Il croisa les bras et grogna, signe qu’il ne voulait pas du tout se lancer dans ce genre de sujet. Comme connerie elle avait rarement dit pire.


« Reprendre des études et puis quoi encore… Le jour où je reviendrais avec des bouts de mon professeur d’histoire entre les dents on ferra quoi ? On dira que je digère mal la guerre de cessession ? » grogna-t-il avec mauvaise humeur.

Il se tourna de nouveau vers la vitre, bien plus vexé par le fait qu’elle veuille se débarrasser de lui en l’envoyant à l’université que par le fait qu’elle n’ait pas pensé qu’en l’état actuel des choses cela poserait bien plus de problème qu’autre chose. Comme elle restait silencieuse il glissa de nouveau un regard vers elle et immédiatement il sentit ses paumes devenir moites. Elle avait l’air soucieuse ou va savoir quoi et il s’en voulait d’avoir jeté un froid. Surtout que bordel ça aussi ça foutait en l’air son plan ! Il inspira un grand coup et se tourna vers elle.

« C’est que je crois pas vraiment être prêt encore pour ça… » souffla-t-il d’une petite voix.

Et merde pourquoi il fallait qu’elle le rende fou à ce point ? Avec elle il n’était plus un chien galeux mais un petit chat qui ronronnait et se faisait gentil matou uniquement pour avoir le droit à un peu de son attention. Il n’avait de cesse d’essayer de faire des efforts pour qu’elle le remarque mais ça ne menait jamais à rien. Au final elle le voyait toujours comme un gosse. Avec une subtilité aberrante il fit mine de bailler et de s’étirer pour poser une main sur le dossier juste derrière sa tête et effleurer sa nuque du bout des doigts. Sa tentative ne trouvant pas un grand succès il décida de passer à la vitesse supérieure et il posa sa main sur sa cuisse, retenant son souffle devant son geste osé.


* Bordel j’vais crever…*

« Et puis je veux rester avec toi. » avoua-t-il en accentuant la pression sur sa cuisse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://midnight-sun.heavenforum.com/
Jalanda Torres
Psycho Hunter| Touching YOU makes me DIE inside
avatar

Féminin
Nombre de messages : 487
Age : 28
MUSiC : Metallica, Black Sabbath, Motorhead, 30 seconds to mars, Deftones
Date d'inscription : 14/07/2008

Soul. ||
ORiGiNE: HUNTER
POWERS ?: Visions, contrôle des esprits,capable de voir la véritable nature des anges et des démons

MessageSujet: Re: Prince Charming [Tim]   Mer 27 Aoû - 2:22

Pour quelqu’un avec une existence parfaitement ordinaire, un exorcisme ou une possession démoniaque n’étaient que des histoires à dormir debout inventées par l’Eglise ou des crétins afin d’effrayer les plus crédules mais quand il assistait à un phénomène paranormal, ils ne pouvaient s’empêcher d’en appeler à la raison pour trouver des explications rationnelles. L’esprit humain était comme ça et on n’y pouvait pas grand-chose, quand on est conditionné toute sa vie pour croire en certaines choses et pas en d’autres, on ne change pas son fusil d’épaule en l’espace de quelques minutes. Mais pour Jalanda, c’était différent, elle affrontait l’autre monde depuis ses 14 ans et jamais elle n’avait douté de l’existence de ce monde parallèle, d’ailleurs c’était là qu’elle se sentait le mieux, parmi les monstres et autres bizarreries qui effrayaient les enfants et faisaient rire les adultes. Ainsi, les exorcismes, aussi compliqués et dangereux soient-ils, la laissaient presque indifférente. Rien ne pouvait plus la choquer et son incapacité à éprouver la peur y faisait sans doute beaucoup.

Seulement, elle comprenait parfaitement qu’il en soit autrement pour les autres et c’est en partie pour cette raison qu’elle avait demandé à Tim de rester dans la pièce à côté le temps qu’elle règle le problème, lui promettant qu’il y en avait tout au plus pour quelques heures et que tout se passerait bien. Malheureusement pour elle, il la connaissait assez maintenant pour savoir qu’à chaque fois qu’elle promettait que tout allait bien se passer, elle revenait dans un piteux état. Soucieux de la protéger, il exigea de la suivre et toute sa volonté s’éclipsa lorsqu’il lui fit son regard de pauvre petit garçon torturé et elle céda lâchement à sa demande, l’entraînant avec elle dans l’antichambre de l’Enfer. Le froid saisissant de la pièce les prit aux tripes et Jal réprima un frisson, tenant fermement sa bible contre son buste, des tas de pendentifs étranges se balançaient au bout de sa main dans un sinistre cliquetis.


« Rappelles toi que si je te dis de sortir, tu sors ! » répéta-t-elle pour la énième fois

Il acquiesça et jeta un regard étrange au jeune homme attaché à son lit qui semblait paisiblement endormi mais à peine la chasseuse s’approcha du lit qu’il se redressa brutalement, un rire qui n’avait rien d’humain s’échappant de sa gorge. Le visage de l’adolescent était zébré de veines apparentes et particulièrement écoeurantes, la sueur perlait à son front malgré la température qui devait avoisiner les zéro degrés.


« Jaaaaaaallllll, comme c’est bon de te revoir, comme toutes les putains dont j’ai croisé la route ! » minauda le démon avec un sourire mesquin

«Abbadon , quelle mauvaise surprise ! Ca fait combien de fois que je te renvois dans ton trou à rats, 4, 5 peut-être ? Bordel mais tu es toujours aussi dégueulasse ma poule ! » lança-t-elle avec une grimace de dégoût

« Que veux-tu, j’aime votre monde et vos habitudes, on ne se refait pas et puis je suis venu me renseigner pour savoir quand tu nous rejoindrais, si tu savais la petite fête qu’on te réserve je pense que tu changerais tes petites habitudes. Peut-être que ton corps stérile parviendra à enfanter un des nôtres, quelle ironie du sort, tu ne trouves pas ? »

Touché, elle se raidit et le fixa avec intensité dans les yeux, prête à lui en coller une mais elle se retint de justesse, consciente qu’il ne cherchait que le contact physique pour sauter sur l’occasion et prendre l’avantage.

« Oh ne fais pas ton offusquée ma chérie, tu te targues d’être humaine mais je n’ai jamais vu quelqu’un qui nous ressemblait autant, tu passes ta vie à baiser et à tuer, crois moi, l’Enfer te conviendra et je suis sûr que tu y trouveras ton compte, hein ? » fit-il en haussant un sourcil

Voyant que la jeune femme se retrouvait à cours d’argument, Tim s’avança et se mit devant elle pour la protéger mais d’une poigne de fer, elle le fit reculer mais ce fut trop tard, le dit Abbadon tourna la tête vers ce nouvel interlocuteur, un sourire mauvais aux lèvres.

« Timothy, comme c’est intéressant. Le fils d’une salope et une salope ensemble, comme c’est touchant ! Jal, je vois que tu as toujours autant d’attrait pour la médiocrité humaine mais après Torben je ne pensais pas que tu pourrais faire pire mais ta bêtise n’a pas de limite ! »

Les sourcils de la jeune femme se froncèrent et elle se mit devant le jeune homme pour ne pas qu’il ne cède à la tentation de casser la gueule à cet enfoiré.

« Tim, sors, s’il-te-plait ! »

« Oui Tim, sors, sois un gentil toutou ! » claironna le démon visiblement amusé

Elle parvint à le mettre dehors et la suite, elle aurait préféré l’oublier, cette partie de la vie de son nouvel ami, elle aurait préféré l’ignorer mais même en hurlant les prières et les paroles de l’exorcisme, elle entendait toujours la voix mesquine du démon qui s’amusait à donner des détails sordides jusqu’à ce qu’elle le renvoie d’où il venait.

***


Encore sous le choc, elle avait besoin de briser le silence pour que la voix qui ne cessait de marmonner dans sa tête finisse par se taire et peu importait le sujet, il fallait qu’elle se sorte ça de l’esprit ainsi que les images que ça finirait par faire naître et les visions que ça amènerait, elle ne voulait pas connaitre ces détails, elle ne voulait pas savoir. Pour la première fois de son existence, elle aurait être une fille normale parmi tant d’autres, elle aurait aimé avoiru ne vraie vie et pas un semblant d’existence.


« Te fâches pas, je proposais juste, je me disais que peut-être tu aimerais reprendre une vie normale, j’en sais rien, je … laisse tomber. »

Concentrée sur la route, elle n’osait plus rien dire de peur de le vexer et de le mettre en colère, elle ne voulait vraiment pas le contrarier, pas maintenant, au fond, elle avait juste besoin qu’il la prenne dans ses bras, elle sentait qu’elle ne tarderait pas à fondre en larmes et elle se demandait s’il ne valait pas mieux s’arrêter et prétexter une envie pressante pour lui épargner cet affligeant spectacle.

« Peut-être que tu finiras par te sentir prêt à aller de l’avant, je veux dire c’est pas une vie ça. Les exorcismes, la route, le sang, la mort tout ces trucs, tu mérites mieux ! »

Il possédait tellement de choses qu’elle n’aurait jamais qu’elle n’arrivait pas à accepter qu’il finisse par tout gâcher bêtement à cause du fichu attachement qu’il pouvait avoir pour elle. Après tout il était trop jeune pour comprendre quelque chose aux sentiments et elle ne voulait en rien être responsable du fait qu’il ait raté sa vie. Lui semblait préoccupé par tout autre chose et avec la subtilité d’un éléphant dans un magasin de porcelaine, il étendit le bras pour le poser sur son dossier. Elle ne réagit pas, essayant d’analyser son comportement de manière objective mais déjà il posait sa main sur sa cuisse ce qui provoqua toute une série de frissons le long de sa colonne. Machinalement, sa main quitta le levier de vitesse et enserra celle du lycan.

« Moi aussi je veux que tu restes. Mais t’es conscient qu’il y a mieux que ça ? J’ai pas envie que tu vives comme moi, regardes ce que je suis devenue. Tu devrais plutôt te trouver une copine, vivre une vie de jeune de ton âge, j’aurais pas dû accepter que tu m’accompagnes. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Timothy Saracen
I'm falling apart, I'm barely breathing
avatar

Nombre de messages : 224
Date d'inscription : 14/07/2008

Soul. ||
ORiGiNE: WEREWOLF
POWERS ?:

MessageSujet: Re: Prince Charming [Tim]   Ven 12 Sep - 22:16

Okay pourquoi est-ce qu’il était dans ce merdier déjà ? Exorcismes ? démon ? monstres ? Vie parallèle ? Truc puant ? Pièce froide ? Il n’en savait fichtre rien à partir du moment ou il se retrouvait en contact étroit avec la chasseuse. Il avait très vite compris l’avantage que comportait le fait qu’elle soit obligée de se coller à lui pour enrailler toute crise – même s’il n’essayait vraiment pas de profiter de la situation, VRAIMENT ! – et il avait commencé à voir ses transformations sous un tout nouveau angle. Chaque fois que la température de son corps devenait intolérable au point qu’il ne puisse pas respirer, chaque fois que les tremblements qui le saisissait devenaient trop violents, chaque fois qu’il sentait le contrôle de son corps lui échapper et sa vue se brouiller il sentait également sa légère mais ferme prise autour de lui, son corps lové contre les siens, ses formes plaqués contre ses muscles aussi dur que l’acier, et toute la douleur qui ressentait se muait en soulagement et en douceur. Il fondait littéralement dans ses bras, et il aimait ce pouvoir qu’elle avait sur lui.

Sous sa paume il lui semblait que la cuisse de Jalanda irradiait de chaleur – quoi qu’à la réflexion la chaleur venait sûrement de lui – et encore une fois il sentit tout le mauvais lui échapper. La chose qu’il avait vu dans cette chambre, ce qu’elle avait dit sur elle, sa mère, lui, sa vie de misère… Tout ça avait complètement disparu et il était heureux. Simplement heureux. Vraiment heureux ?


* Oh mon dieu je la touche et elle m’a pas encore frappé.
C’est presque sexuel…

Oh bordel contrôle !
… hum…
Essaye de dire quelque chose d’intelligent.
« Eh tu voudrais pas enlever ce mini t-shirt… »
Mouais non…
« T’as vu dehors il pleut ! »
Non plus. En plus on créve de chaud ici.
« Qu’est-ce que tu penses de la famine en Afrique du Nord ? »
Définitivement trop melo.

Alors ?
Oh bordel viole moi maintenant ! *


Hum oui donc il était « heureux », comme il l’avait rarement été. On ne pouvait pas dire qu’il avait déjà eu autant de chance qu’à l’heure actuelle. Plus de mère, plus de beau-père qui changeait tous les mois, pas de soucis à se faire pour son futur et quelqu’un auprès de lui qui comprenait le vrai sens de la vie pour passer à côté sans arrêt. Elle savait ce qu’il y avait après la mort et tout le toutim et cela ne la rendait pas triste mais au contraire plus spontanée, vive et sauvage, prête à croquer la vie à pleines dents comme l’on disait. Et c’était ce dont le lycan avait besoin, quelqu’un capable de lui montrer qu’en dépit de sa nature il pouvait choisir d’être heureux.

*Viole moi viole moi viole moi…* pensa-t-il espérant que ce genre de technique d’hypnotisme fonctionne sur Jalanda.

Il se tourna vers elle, cherchant dans son regard quelque chose qui lui prouverait qu’elle ressentait à cet instant exactement le même petit quelque chose qu’il pouvait ressentir. Ces putains de chenilles, de papillons ou peu importe le nom qu’on leur donnait, voletaient partout dans son organisme et incendiait ses reins et son esprit. Cette fois il était certain que la chaleur irradiait de lui et il priait simplement pour qu’elle soit communicative.

Il déchanta à la seconde même ou la chasseuse lui sortit son baratin sur « la gentille petite vie de merde » qu’il pouvait avoir sans elle et c’est à ce moment là qu’il réalisa combien elle pouvait être loin de ressentir les mêmes choses que lui. Elle ne le voyait pas comme un petit ami potentiel mais plutôt comme une chose dont elle avait la charge, une sorte de frère ou d’œuvre de charité et il s’en serait bien passé. Elle ne l’aimait pas elle avait pitié de lui, et il n’y avait rien de pire que ce sentiment. Sentant cette fois la brûlure de la colère envahir son organisme il retira précipitamment sa main de sur la cuisse de la jeune femme et avec un grognement bestial se tourna vers la fenêtre pour ne plus avoir à contempler son visage. Oui c’était ça elle avait pitié de lui au fond.

« Tu parles… » fit-il en renâclant.

« T’as raison dés qu’on rentre je fais mon sac et je retourne à la parfaite petite vie que j’avais avant et que le cadavre de tout à l’heure t’as gentiment racontée. Qui sait avec un peu de chance je vais peut-être réussir à exploser mon record de victime. Et puis si j’ai vraiment mon putain de cul bordé de nouilles le premier chasseur qui passera par là m’explosera la cervelle avec son fusil avant que je puisse me multiplier et que d’autres boules de poils n’envahissent toutes les caves minables de ce putain de trou à ras de ville ! »

Trop de caféine et de dessins animés ? Probablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://midnight-sun.heavenforum.com/
Jalanda Torres
Psycho Hunter| Touching YOU makes me DIE inside
avatar

Féminin
Nombre de messages : 487
Age : 28
MUSiC : Metallica, Black Sabbath, Motorhead, 30 seconds to mars, Deftones
Date d'inscription : 14/07/2008

Soul. ||
ORiGiNE: HUNTER
POWERS ?: Visions, contrôle des esprits,capable de voir la véritable nature des anges et des démons

MessageSujet: Re: Prince Charming [Tim]   Sam 13 Sep - 21:10

Ces derniers temps, elle devait perpétuellement jongler avec les méandres de sa conscience et le poids infini de sa culpabilité, si bien qu’elle pouvait passer, en l’espace d’une seconde, du rire aux larmes. Le retour fracassant de Torben dans sa vie avait, indéniablement, laissé de sérieuses séquelles dans son quotidien et pourtant, elle ne parvenait pas à lui en vouloir. Pire, elle lui trouvait des excuses pour s’être comporté comme le dernier des cons. Pas de doute, elle commençait vraiment à virer dingue. Peut-être qu’au fond, ses paternels avaient été visionnaires, elle était folle et sa place était dans un putain d’hôpital psychiatrique. Elle doutait de tout et particulièrement de ces choses qu’elle voyait jour après jour, était-ce la conséquence de son esprit déviant ou bien l’horreur à l’état pur existait-elle vraiment ? Elle ne savait plus et plus elle cherchait des réponses, plus elle s’enfonçait dans les abysses de la démence.

Autant dire que sa relation avec Tim n’était pas première dans l’ordre de ses priorités pour l’instant. Elle avait beau s’escrimer à faire bonne figure pour ne pas l’inquiéter, elle dormait de moins en moins, paralysée par la peur et l’appréhension, ses visions se multipliaient au point de l’abrutir complètement et de la mettre dans des états proches de crises violentes d’épilepsie. Là encore, elle se retrouvait devant un dilemme et prendre une décision devenait une épreuve de force. Chaque fois qu’elle s’arrêtait sur un choix, elle trouvait une bonne liste de choses qui la faisait reculer. La jeune mexicaine devenait, malgré elle, tout ce qu’elle avait toujours craint, elle refusait de finir comme une assistée, de se laisser porter par les décisions des autres, elle faisait partie des leaders, pas des moutons.

Eloigner le jeune lycan de sa bêtise s’était naturellement imposé à elle, combien de temps ce joli conte de fées pouvait-il durer ? Jusqu’à quand supporterait-il sa marginalité ? De son point de vue, il valait mieux qu’il s’en aille sur un commun accord plutôt que d’avoir à subir son départ et d’en être l’unique responsable. Même s’il restait difficile de ne pas faire entrer en ligne de compte tout l’amour, tout à fait fraternel ou presque, qu’elle ressentait pour lui, elle le devait, pour son propre bien. D’un point de vue tout à fait personnel, Jalanda savait que sans lui, tout serait différent et plus difficile, mine de rien, en peu de temps, ce grand crétin était parvenu à prendre une place importante dans son existence, au point que du lever au coucher, ils partageaient presque tout. Jamais encore, la chasseuse n’avait eut un tel degré d’intimité avec quelqu’un, pensant que s’offrir suffisait. Elle découvrait une nouvelle définition de « vie commune ». Pourtant, tout ça devait prendre fin, pour son propre bien, pour qu’il puisse avoir un avenir bien plus glorieux que celui qu’elle pourrait lui offrir.

Pleine de bonnes intentions et chargée à bloc d’arguments chocs, elle s’apprêtait à en remettre une couche pour le convaincre quand il se montra particulièrement amer et désagréable. Ce qu’elle redoutait était en train de se passer, il partait de son propre chef, poussé par son mauvais caractère et agacée par le côté insupportable de Jal. Imperceptiblement, elle serra avec plus de force le volant et appuya sur l’accélérateur, dans un état second. Sa fatigue psychologique ne lui épargnait rien et autant dire que Tim s’y prenait comme un manche pour l’apitoyer. La voiture prenait d’avantage de vitesse tandis que la conductrice fixait la route, les sourcils froncés et le visage fermé puis sans crier gare, elle pila en plein milieu de la route, frôlant l’accident.

Le souffle court et le regard embué de larmes, elle défit sa ceinture , au bord de la crise de nerfs . Machinalement, ses mains se reposèrent sur le volant et elle laissa sa tête retomber dessus, ravalant ses larmes par fierté.


« Il faut que tu arrêtes ça Tim ! » le supplia-t-elle d’une voix triste

« Si tu veux que je te vois autrement que comme un gosse, comportes toi comme un homme ! Arrêtes de dire que tu veux mourir ou partir en me laissant comme ça, parce que tu n’as aucune idée de ce que ça me fait ! »

Le visage toujours enfoui dans le volant, quelques larmes lui échappèrent et un reniflement explicite les accompagna avant qu’elle ne se redresse enfin et les essuie rapidement.

« J’ai besoin de fumer une cigarette. » dit-elle en ouvrant la portière pour émerger de la voiture et se diriger vers la lisière de la forêt pour se laisser tomber contre un arbre

Son paquet de cigarettes trônait fièrement sur le tableau de bord. En réalité, elle avait juste besoin de laisser libre court à ses émotions, au moins une fois
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prince Charming [Tim]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prince Charming [Tim]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» POUPEE CHARMING 26 CM
» [Baselworld 2013] Jaquet-Droz The Charming Bird
» metallica
» These charming ladies ...
» Mangas en ma possession

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ACR0SS.THE.MYTHS :: .Highway to Hell. :: Interstate 5.-
Sauter vers: